Nos Prochains Rendez-vous cinémas & débats

Les prochains RDV de L’Apollon de Gaza en présence du réalisateur 
D’autres dates en cours de programmation

Avec le soutien de l’Association France Palestine Solidarité

VINO VERITAS

UN FILM DE PASCAL OBADIA

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

A voir pour mieux boire!

A Paris aux cinémas:

? LE ST ANDRÉ DES ARTS (6E)

? L’ENTREPÔT (14E)

vinoveritas-affiche-m

LES PROCHAINS RDV CINÉ VIN EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR PASCAL OBADIA POUR DÉBATTRE AUTOUR D’UN VERRE BIO ET NATURE!

FIN OCTOBRE

>vendredi 28 octobre au

? Cinéma les Lumieres à Vitrolles

en présence du réalisateur avec l’association agribio13

bourgogne

EN NOVEMBRE

Tournée en Alsace

>Vendredi 4 novembre séance à 20H au :

? Cinéma Forum de Sarreguemines

en présence du réalisateur

>Samedi 5 novembre 2016  2 séances aux :

? Ciné Cubic à Saverne  séance à 16h30

en présence du réalisateur

? Cinéma CinéSar à Sarrebourg séance à 20h

en présence du réalisateur

>Dimanche 6 novembre séance à 17h au :

? Cinéma Le Rohan de Mutzig

en présence du réalisateur

>Lundi 7 novembre  séance à 20h au :

? Cinéma Gérard Philippe de Wittenheim

en présence du réalisateur

raisins

Tournée dans le Var

Avec l’asso Colibri

http://www.colibris83.net/dracenie/agenda.htm

> Jeudi 10  novembre  séance à 20h au :

? Cinéma Le Pagnol à st maxime

en présence du réalisateur

>Vendredi 11  novembre au :

? Cinéma CGR de Draguigan

en présence du réalisateur

>Samedi 12  novembre à 20h au :

? Cinema le Vox Frejus

en présence du réalisateur

le film est programmé aussi :

> semaine 3 novembre

?Cinéma Utopia à Montpellier

séance suivie d’une rencontre avec Catherine Bernard, vigneronne (Saint-Drézéry) – et d’une dégustation de ses vins.

http://www.cinemas-utopia.org/montpellier/index.php?id=1957&mode=film

> samedi 5 novembre au

?cinéma espace des art au Pradet à 18h

http://www.lespetitsecrans.fr/

> vendredi 11 novembre au

 ? cinéma Saint-Mandrier à 18h

http://www.lespetitsecrans.fr/

> semaine 16 novembre

?Cinéma Marcel Pagnol à Chateauneuf les Martigues

spencer tunick

Tournée en Bourgogne

>Vendredi 18 Novembre séance à 20h30 au :

? Cinéma Nuiton à Nuits St Georges

en présence du réalisateur

>Samedi 19 Novembre  séance à 17h au :

? Cinéma la Palette à Tournus

en présence du réalisateur

>Dimanche 20 Novembre  séance à 17h au :

? Cinema Arletty à Autun

en présence du réalisateur

> Lundi 21 Novembre au :

? Cinema le Majestic à Digoin

en présence du réalisateur

terre hp

Région parisienne

>Vendredi 25 Novembre séance à 20h30 au :

? Cinéma Le Calypso à Viry Chatillon

en présence du réalisateur

> semaine 20/11/2016

? Cinéma L’Antarès à  Vauréal

rachel

Aquitaine

> semaine 5 novembre

? Cinéma Espace Culturel Georges Brassens à  LEOGNAN

>Samedi 26 Novembre  séance à 21h au :

? Cinéma Trianon à St Ciers sur Gironde

en présence du réalisateur

dans le cadre du festival Wine and movies

A suivre…

CONVENTIONNEL, BIO, BIODYNAMIQUE, NATUREL..

LE  VIN DANS TOUS SES ÉTATS

A voir pour mieux boire!

Documentaire – France – durée: 82 mn – VF – 2015 -DCP-  visa: 145.165

bourgogne


Vino Veritas
Vino Veritas Bande-annonce VF

vinoveritas-affiche-m

« Vino Veritas » est un voyage dans l’univers du vin, un road movie à travers les vignes d’Europe. Parfois drôle, souvent sensible, le documentaire donne la parole aux nouveaux vignerons qui considèrent la nature comme élément incontournable dans l’élaboration d’un vin de qualité, d’un vin vivant.

« Bios », « bio-dynamiciens » ou « naturels », ils nous montrent qu’une autre voie est possible, sans intrants ou presque, avec un objectif commun que les filières du tout chimique semblent avoir occultées : retrouver le goût, dans le respect des hommes et de l’environnement.

Téléchargez le dossier de presse de vino_veritas-dp

CONTEXTE

En seulement cinquante ans, les méthodes agro-industrielles ont radicalement changé les

modes de production de nos aliments. Un demi-siècle a suffit à faire oublier 15 000 ans

d’agriculture naturelle. Le vin, met culturel s’il en est, paraissait jusque-là épargné, c’est du

moins ce que l’on croyait.

Aujourd’hui, la vigne consomme 20% des produits phytosanitaires utilisés dans

l’agriculture française, alors qu’elle est présente sur 3% des terres cultivées. La flore, la

faune, l’activité biologique si importantes à l’élaboration du breuvage sont ainsi détruites,

allant jusqu’à mettre en péril la santé des hommes et des femmes qui y travaillent.

Mais dans les vignes c’est l’omerta.

Au-delà de ce constat, ce documentaire est la démonstration qu’une viticulture plus

respectueuse est possible. VINO VERITAS déroule tel un road movie à travers les vignes

d’Europe, dans trois des grands pays producteurs que sont la France, l’Espagne, l’Italie, et

la Suisse en pointe sur les recherches en agrobiologie. Le film donne la parole aux

nouveaux vignerons, qui considèrent la nature comme un élément incontournable dans

l’élaboration d’un vin de qualité, un vin vivant. Qu’ils soient bios, bio-dynamiciens ou

naturels, désormais les professionnels devenus essayistes nous montrent qu’une autre

voie est possible, sans intrants ou presque.

Faire le vin autrement, en menant des exploitations à taille humaine, dans le respect des

hommes et de l’environnement, telle est la nouvelle donne de la viticulture du XXIème

siècle. Une autre alternative existe, avec un objectif commun que les filières du tout

chimique semblent avoir occultées : retrouver le goût !

raisins

dossier de presse:

VINO VERITAS dossier de presse def

Page facebook:

https://www.facebook.com/VinoVeritasLeFilm/?fref=ts

Les anges vins

MACADAM COWBOY

MACADAM COWBOY  (MIDNIGHT COWBOY)
ACTUELLEMENT AU CINÉMA
Chef d’oeuvre aux 3 oscars de John Schlesinger (Marathon Man)
 Avec : Dustin Hoffman ( Le Lauréat) , Jon Voight (Délivrance )…

AFFICHE MACADAM

Scénario : Waldo Salt (Oscar du meilleur scénario, pour Serpico en 1974 et Le Retour (Coming Home) en 1978)

Musique: John Barry

Récompenses:

• Oscar du meilleur film 1970

• Oscar du meilleur réalisateur 1970 attribué à John Schlesinger

• Oscar du meilleur scénario adapté attribué à Waldo Salt

• BAFTAs 1970 : meilleur film

Pour la premiere fois en copie numérique

États-Unis – 1969 – 1h53 – Drame (Interdit aux moins de 12 ans) – Recommandé Art et Essai par l’Afcae

macadamphoto38

Jon Voight & John Schlesinger

 Synopsis :

Joe Buck, un Texan, débarque à New York en pensant y faire fortune en séduisant de riches citadines. Il déchante vite et se retrouve à errer dans les rues aux côtés de Ratso Rizzo, un infirme alcoolique. Ratso, lui, a un autre idéal : rétablir au soleil de Californie sa santé déficiente…

 

BERTHA BOXCAR

BERTHA BOXCAR de MARTIN SCORSESE

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

EN VERSION RESTAURÉE (DCP)

bertha3 bertha5

synopsis :Aux Etats-Unis pendant la Grande Dépression des années 1930. Après avoir vengé la mort de son père, victime de la négligence de son patron, Bertha Thompson prend la route en compagnie de Von Morton, un Afro-Américain, de Rake Brown et de Big Bill Shelly, un syndicaliste socialiste marginal. Ce dernier va leur inculquer le sens de la révolte. Comme tant de pauvres bougres réduits à la misère, ils errent de ville en ville, au hasard des trains de marchandises qu’ils empruntent clandestinement, et sous la menace constante des agents du rail ou des cerbères de la police. Le quatuor finit par s’en prendre aux intérêts de la compagnie des chemins de fer…

bertha6 bertha7

Avec :

Barbara Hershey : « Boxcar » Bertha Thompson
David Carradine : « Big » Bill Shelly
Barry Primus  : Rake Brown
Bernie Casey : Von Morton
John Carradine : H. Buckram Sartoris
Victor Argo  : McIver n°1

La génese du film:

L’idée de départ vient du producteur Roger Corman qui voulait faire une sorte de suite à son Bloody Mama sorti en 19702. Il propose le projet au jeune Martin Scorsese, qui s’était fait connaitre en travaillant sur le film Woodstock. Le film s’inspire plus ou moins de Sister of the Road, une pseudo-autobiographie de Bertha Thompson écrite par Ben Reitman (en)3. L’auteur a admis s’être inspiré de plusieurs femmes qu’il a croisé pour forger le personnage de Bertha.

bertha

Fiche technique:

Titre : Bertha Boxcar
Titre original : Boxcar Bertha
Réalisation : Martin Scorsese
Scénario : Joyce Hooper Corrington et John William Corrington, d’après l’œuvre Sisters of the Road de Ben L. Reitman
Musique : Gib Guilbeau et Thad Maxwell
Photographie : John M. Stephens
Montage : Buzz Feitshans
Production : Roger Corman, Samuel Z. Arkoff
Productrice associée : Julie Corman
Producteur délégué : James H. Nicholson
Société de production : American International Pictures

Durée 88 mn
Nationalité : américain

AFFICHE BERTHA BOXCAR 40x60

 

CESAR DE MARCEL PAGNOL 3e volet de LA TRILOGIE MARSEILLAISE

DE RETOUR SUR LE GRAND ECRAN!

LA TRILOGIE MARSEILLAISE DE MARCEL PAGNOL

SÉLECTION CANNES CLASSICS  2015 – SELECTION LUMIÈRES 2015

120e ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE MARCEL PAGNOL

« Le cinéma et moi sommes nés le même jour, au même endroit… » Marcel Pagnol

EN VERSION RESTAURÉE 4K ET DANS SON FORMAT ORIGINAL
Affiche Trilogie

3 CHEFS -D’OEUVRE DU PATRIMOINE FRANÇAIS:

MARIUS ACTUELLEMENT AU CINEMA

FANNY ACTUELLEMENT AU CINEMA

CÉSAR ACTUELLEMENT AU CINEMA

Avec le soutien de l’ADRC, l’AFCAE & le C.N.C.

 

la-partie-de-carte

MARIUS

1er volet de la trilogie

« Cesar : Tu ne sais meme pas doser un mandarin-citron- curacao. Tu n’en fais pas deux pareils !Marius : Comme les clients n’en boivent qu’un à  la fois, ils ne peuvent pas comparer. »

Scénariste : Marcel Pagnol, d’après sa pièce de théâtre Mise en scène: Alexandre Korda

Avec Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Raimu (César), Fernand Charpin (Panisse), Paul Dullac (Escartefigue), Alida Rouffe (Honorine, la mère de Fanny), Robert Vattier (Monsieur Brun).

Synopsis: Marseille – Le bar de la Marine – Marius est un jeune homme que la mer exalte. Il aime son père César, bourru et bonhomme, il aime aussi la petite Fanny qui vend des coquillages devant le bar de César. Depuis son enfance, l’envie de courir le monde l’enflamme. Il lutte contre sa folie. Il ne veut pas abandonner son père qui en mourrait peut-être de chagrin, ni la petite Fanny qui ne pense qu’à lui. Et pourtant la mer est là…

Photographie : Ted Pahle
Décors : Alfred Junge et Vincent Korda
Montage : Roger Spiri-Mercanton
Musique : Francis Gromon
Producteurs : Robert Kane et Marcel Pagnol

Année: 1931 -visa 507 – Noir et blanc – France- durée: 2h07. format d’origine : 1.20 respecté et inséré dans le 1;85- Copie numerique restaurée)

la première 1ere sortie de Marius eu lieu le  10 octobre 1931

fanny-film013

la-partie-de-cartes

FANNY

2eme volet de la trilogie

Scenario et dialogues : Marcel Pagnol, d’apres sa pièce

Realisation : Marc Allegret

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), Alida Rouffe (Honorine), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis: Marius est parti sur « La Malaisie », abandonnant le vieux Cesar, son père, et Fanny, sa fiancée, qui porte leur enfant. Panisse, un brave homme, épouse Fanny et adopte le petit Césariot qu’il aime comme un fils. Mais un jour, Marius revient…

France – 1932 – visa 508 noir et blanc – dure?e : 2h08 VF et VFST anglais format d’origine 1.20 respecte et insere dans le 1.85

Assistants réalisation : Yves Allegret, Pierre Prevert et Eli Lotar

Images : Nicolas Toporkoff, Andre Dantan, Roger Hubert, Georges Benoit et Coutelain Script-girl : Francoise Giroud Decors : Gabriel Scognamillo Son : William Bell Musique : Vincent Scotto Montage : Jean Mamy

Production : Les Films Marcel Pagnol  Studios : Billancourt Exterieurs : Marseille

LA LETTRE DE CESAR A MARIUS…

Marius est parti. César ne montre pas ses sentiments, mais son coeur de père est meurtri. Un jour, le facteur lui remet une lettre. C’est Marius qui lui écrit du bout du monde. César appelle Fanny pour lui dicter sa reponse.

« Mon cher enfant, ENFIN, je recois ta première lettre. Elle n’est pas bien longue.J’espère que la deuxieme durera au moins dix pages et meme vingt ! Ce que tu me dis au sujet de tes savants est tres intéressant, maiiiiiis… quand tu vas commencer a mesurer le fond de la mer, fais bien attention de ne pas trop te pencher, et de ne pas tomber par dessus bord et là ou ca sera trop profond, laisse un peu mesurer les autres. »

Je le connais, moi, M. Marius ; quand il avait quatre ans, un jour que je l’avais amene a la peche sur la barquette de Panisse, il se penche pour regarder sa ligne et pouf un homme a la mer ! C’est vrai qu’a ce moment-la, il avait la tete plus lourde que le derriere, et que depuis ca s’est arrange.

« Et si quelqu’un… a  bord avait la peste, ne lui parle que de loin et ne le frequente plus, meme si c’etait ton meilleur ami. L’amitie est une chose admirable, mais la peste, c’est la fin du monde. Ici, tout va bien et je me porte bien, sauf une colere terrible qui m’a pris quand tu es parti, et qui n’est pas encore arretee. »

cesar-film041 cesar-film025 cesar-film018 cesar-film017

 CESAR

3eme et dernier volet de la trilogie

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), André Fouché ( Cesariot), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis Fanny, abandonnée par Marius, epouse Panisse qui adopte Cesariot, l’enfant de l’amour, et l’élève comme son fils. Aujourd’hui, Césariot est adulte et Panisse se meurt. Fanny revèle la vérite a son fils qui decide alors de partir a la recherche de Marius, son père…

France – 1936 – visa 509 noir et blanc – duree : 2h21 VF et VFST anglais format d’origine 1.37 respecté et inséré dans le 1.85

Réalisation, Scénario et dialogues : Marcel Pagnol 

Images : Willy Faktorovitch, assiste de Willy-Gricha, Roger Ledru  

Decors : Marius Brouquier

Studios : Marcel Pagnol, Marseille Exterieurs : Marseille et Toulon

Son : Julien Coutellier, Banuls 

Production : Les Films Marcel Pagnol

Musique : Vincent Scotto Montage : Suzanne de Troye, Jeannette Ginestet

LA RESTAURATION

Adapté de la pièce à succès de l’auteur, Marius (1931) est le premier volet de la trilogie initiée par Marcel Pagnol sur Marseille. Son petit-fils Nicolas revient sur le film, qui conte l’histoire d’un jeune homme employé au bar de son père.

Qu’est-ce qui a poussé Marcel Pagnol à adapter Marius ?
En 1930, il est allé voir à Londres Broadway Melody, de Harry Beaumont, le premier film entièrement sonore de l’histoire du 7e Art. Il comprend alors que le cinéma offre une nouvelle possibilité d’écriture. Il rencontre le patron de la Paramount et le convainc.Alexander Korda est choisi pour réaliser le film et Marcel s’occupe de la direction d’acteurs. Trois versions du film sont tournées : une française, une allemande et une suédoise.

Comment le film a-t-il été accueilli ?
C’est un gigantesque succès populaire. Mais la profession du théâtre lui est tombée sur le dos. Pour elle, il est un traître. Il a notamment une grande divergence de point de vue avec René Clair, pour qui le cinéma muet est l’essence du cinéma. Pour Marcel, le dialogue est prépondérant. Tous deux sont très amis, mais ils vont s’invectiver par journaux interposés. Il faudra attendre les années 1950 pour que Marcel Pagnol soit reconnu comme un grand cinéaste.

L’accent marseillais des personnages joue un rôle important dans l’atmosphère du film…
D’autant plus que dans les années 30, la culture marseillaise est en plein boom et très bien ancrée à Paris. Il a livré cet accent comme il était, dans une France qui n’était pas la même qu’aujourd’hui. Les régions avaient des identités et des spécificités bien plus fortes. Mon grand-père disait : « L’universel, on l’atteint de chez soi ». Il n’a jamais essayé de réinventer l’art. Le seul filtre, c’était sa personnalité.

Quel a été l’enjeu principal de la restauration de Marius ?
Notre grande crainte était le son. On est au début du parlant et c’est un son mono. Le résultat est superbe même si, par endroits, il reste quelques petits défauts. La photographie nous permet de redécouvrir le film. On a récupéré le cadrage d’origine, qui avait recoupé en 1:37. Le négatif était très abimé. La restauration a duré quatre mois.

Propos recueillis par Benoit Pava

ACCESSIBILITEE SENSORIELLE

La Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol a beneficie du dispositif d’aide a la numerisation des œuvres cinematographiques francaises de patrimoine (CNC). Les films sont accessibles aux personnes en situation de handicap et disposent du sous-titrage pour personnes sourdes ou malentendantes et de l’audiodescription

Restauration par la Compagnie méditerranéenne de film – MPC et La Cinémathèque française, avec le soutien du CNC, du Fonds Culturel Franco-Américain DGA-MPA-SACEM- WGAW, le concours d’ARTE France Unité Cinéma et des Archives Audiovisuelles de Monaco, avec la participation de la SOGEDA Monaco. La restauration 4K a été supervisée par Nicolas Pagnol et Hervé Pichard (La Cinémathèque française). Les travaux ont été réalisés par le laboratoire DIGIMAGE. L’étalonnage a été mené par Guillaume Schiffman.

 portrait-mp-avant-1946002

MARCEL PAGNOL EN QUELQUES DATES…

1895. Naissance de Marcel Pagnol a Aubagne le 28 fevrier 1895. Fils d’instituteur, il recoit une éducation classique et republicaine teintee d’anticlericalisme.

1914. Au Lycée, il fonde la revue litteraire Fortunio.

1926. Sa piece Jazz est créee au theatre de Monte-Carlo. Le public l’acclame ; sa carriere est lancée.

1928-1932. Il écrit trois des plus grands succes du theatre français Topaze en 1928, Marius en 1929, et Fanny en 1931. Cette anne?e-la?, sa rencontre avec le directeur de Paramount lui donne l’occasion de porter Marius a l’ecran. Le succes est phenomenal tout comme celui de Fanny l’annee suivante.

1934. Il decide d’abandonner le theatre et fonde ses propres studios de cinema a Marseille et un magazine Les Cahiers du Film afin de diffuser sa conception de l’art cine?matographique : le dialogue doit primer sur l’image.

1934-1940. Pagnol se consacre entierement au cine?ma et trouve en Raimu, Pierre Fresnay et Fernandel des interpretes a la mesure de son talent. Il tourne Jofroi, Angele, Regain, La Femme du boulanger (d’apres Jean Giono), Merlusse, Cigalon, Topaze (Deuxieme version), Cesar, Le Schpountz, La Fille du Puisatier.

1945-1952. Il realise Nais (d’apres Zola), La Belle meuniere, Topaze (Troisieme version), Manon des sources et Ugolin. En 1947, Il est le premier cineaste a? rejoindre l’Academie franc?aise.

1957. Apres un bref retour au theatre, il se lance dans la redaction de ses Souvenirs d’enfance, dont La Gloire de mon pe?re et Le Cha?teau de ma me?re. 1962. Il publie L’Eau des collines (Jean de Florette et Manon des sources).

1974. Il s’éteint a Paris le 18 avril. Il laisse une oeuvre patrimoniale considerable composee? de plus de 50 pieces, films, scenarios et romans.

LES ACTEURS DE MARCEL PAGNOL

Decouvreur de talents, Marcel Pagnol a constitue une veritable troupe autour de lui, offrant a? certains de ses comediens leurs plus grands roles.

Raimu (1883-1946)

Jules Muraire, dit Raimu est reste? dans les me?moires pour son interpretation de « Cesar » dans la Trilogie Marseillaise. En depit de toutes leurs differences et de leurs frequentes disputes, Pagnol et Raimu avaient comme point commun, l’amour du theatre et du cinema.

Pierre Fresnay (1897-1975)

Pierre Laudenbach, dit Pierre Fresnay endosse le ro?le de « Marius » contre l’avis de Raimu qui estime une « folie » d’engager « un alsacien protestant de la Comedie Franc?aise » pour jouer ce personnage. Fresnay s’y prepare en travaillant plusieurs jours dans un cafe du Vieux-Port. Aujourd’hui encore, il reste l’archetype du jeune marseillais des annees 1930.

Orane Demazis (1894-1991)

Orane Demazis (de son vrai nom Henriette Marie Louise Burgart) fut la compagne et l’une des interpretes les plus marquantes de Marcel Pagnol pour laquelle il cree le celebre ro?le de « Fanny » de la Trilogie Marseillaise.

Charpin (1887-1944).

Apres avoir joué « Panisse » au Theatre dans Marius et Fanny, Fernand Charpin (dit Charpin) poursuit sa collaboration avec Pagnol et fait evoluer pour le grand e?cran son personnage de « maitre-voilier du Vieux-Port».

 

 

INFOS

Retrouvez les pages officielles & l’actualité de Marcel Pagnol:

http://www.marcel-pagnol.com

https://www.facebook.com/groups/5464184130/?fref=ts

https://www.facebook.com/aubagnecapitalemarcelpagnol2015/

Mission Distribution:

https://www.facebook.com/missiondistribution/?fref=ts

Affiche Trilogie

Distribution et Presse :

Mission / Rodolphe Rouxel tel 06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Programmation:

Mission Rodolphe Rouxel  Tel :06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Diffusion ADRC: Anne Rioche Tel: 01 56 89 20 30 patrimoine@adrc-asso.org

Matériel disponible:

Chaque film restauré 4k est en VF + fichier  VFST Anglais + fichier audio description

Chaque film est sur DCP accompagné du FA pour la salle

Stock copie: DS à Sarcelles contact: Sébastien Samblard

FA disponible sur DCP, GLobecast et Cote cinema Pro

affiches 40×60 et 120×160  et dépliant (coédition ADRC)

Avant programme  partenariat AFCAE sur demande auprès de l’AFCAE

Stock affiches et dépliants (Coédition ADRC) : DS à Sarcelles contact: Samuel Vaugeois

PRETE A TOUT

PRETE A TOUT (TO DIE FOR)

UN FILM DE GUS VAN SANT

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

Avec Nicole Kidman, Matt Dillon et les jeunes Casey Affleck et Joaquim Phoenix

 

Distribué au cinéma en France pour la dernière fois en 1995, le film est resté dès lors invisible. Nous le distribuons en salles à partir du 18 février 2015 pour la première fois en copies numériques 2K tirées du négatif restauré, exclusivement en version originale sous-titrée en français.

Affiche Prete A Tout

Quand Gus Van Sant réalise « Prête à Tout » en 1995, il est déjà connu en tant que réalisateur. Il est un jeune auteur indépendant qui réalise des films sur la jeunesse américaine : « Mala Noche » (1985), « Drugstore Cowboys » (1989) avec Matt Dillon et « My Own Private Idaho » (1989) avec les jeunes acteurs River Phoenix et Keanu Reeves. En 1995 il réalise « Even Cowgirls Get The Blues » avec Uma Thurman.

La même année, Gus Van Sant accepte la commande de la Columbia d’adapter au cinéma le roman « To Die For » de Joyce Maynard, lui-même inspiré d’un fait divers : l’affaire Pamela Smart qui manipule un adolescent qui tue son mari. Il imagine avec le scénariste Buck un scénario qui mêle le fait divers avec le monde des médias. L’histoire se situe dans une petite ville des Etats-Unis. Le réalisateur dresse le portrait de Suzanne Stone (Nicole Kidman), une plantureuse et séduisante jeune femme prête à tout pour devenir une star du petit écran. Elle parvient, grâce à sa ténacité, à se faire embaucher en tant que présentatrice météo dans une petite station de télévision locale. Ambitieuse, elle soumet de nombreux projets de documentaires. A l’occasion d’un de ses reportages sur la jeunesse dans un lycée, elle noue des liens étroits avec un trio d’adolescents (Joaquin Phoenix, Casey Affleck et Alison Folland). L’un d’eux tombe éperdument amoureux de la jeune femme alors qu’elle vient de se marier avec un jeune restaurateur (Matt Dilon) qui souhaite qu’elle s’investisse dans le restaurant. Suzanne Stone ne voit pas son avenir dans un restaurant et décide de se débarrasser de son mari avec l’appui de son jeune amant…

Gus Van Sant

 

« Prête à Tout» pourrait-être considérée, en premier lieu, comme une simple comédie noire traitée sur un ton léger voire naïf suite à une commande d’un studio hollywoodien mais le fond et la forme ainsi que le parcours du réalisateur et des acteurs donnent une autre envergure au film.

D’une part, Gus Van Sant évoque les débuts médiatiques d’une jeune femme ambitieuse mais qui n’a d’autre compétence que sa beauté pour devenir une star du petit écran. Comme le dit, sous forme de boutade, à la fin du film l’adolescente (Alison Folland): «Mais si tout le monde passe à la télévision, si chacun a droit à son quart d’heure de célébrité, alors qui va regarder?» En reprenant l’expression inventée par l’artiste américain Andy Warhol, c’est de cela que traite le film : le phénomène de la lucarne magique qui électrise les amateurs de célébrité facile : antichambre de la télé réalité. Le cinéaste pose un regard cynique sur cette célébrité fugace qui ne repose sur rien sauf l’envie d’être connu par le prisme de la télé, une forme de narcissisme moderne. Avant l’heure, il imagine et anticipe ses effets pervers et collatéraux que les médias relaient de nos jours, à savoir : d’abord que la star éphémère devient à son tour un objet de fascination et notamment pour les médias, le public dont les moins matures comme les adolescents. Dans le film, les trois lycéens manipulés espéreront, après leur méfait, travailler à la télé pour avoir eux aussi leur quart d’heure de gloire.Et d’autre part, que ces stars disparaissent aussi rapidement qu’elles sont devenues célèbres. Dans le film, Gus Van Sant, minimaliste, fait juste un plan où l’on voit Nicole Kidman sortir de l’écran et la caméra ne la suit pas. Elle est hors champ et en dehors de la lumière des spots. La caméra continue à enregistrer les images d’un paysage inerte, blanc et neigeux.

Sur la forme, dès le générique, en mettant la photo de Suzanne Stone en une d’un tabloïd à scandale, le réalisateur annonce d’emblée qu’il va parler de la télé et de ses célébrités. Puis il s’appuie, pour évoquer le parcours de l’héroïne, en s’appuyant sur les principes de mise en scène des émissions de télé réalité : témoignages des personnages/témoins de l’histoire, face caméra en studio ou « sur le vif » dans leur vie quotidienne. Chaque personnage dévoile son histoire avec Suzanne Stone directement au spectateur devenu téléspectateur. Point culminant du déballage médiatique : la famille de Suzanne Stone et celle de son défunt mari seront face à face dans un reality show. Grâce à une astuce de scénario, Suzanne Stone elle-même évoque son parcours face caméra.

Film
Film

Pour interpréter cette histoire, Gus Van Sant s’est entouré d’un casting idoine qui fera date puisque les principaux acteurs poursuivent 20 ans après une belle carrière cinématographique. Notamment Nicole Kidman, Matt Dillon et les jeunes Casey Affleck et Joaquim Phoenix en adolescents perdus. Nicole Kidman en femme fatale obsédée par les médias, tour à tour sexy, psychorigide et d’une fausseté constante qui en font un mystère complet reçoit le Golden Globe de la meilleure interprétation féminine.

Le film sort à la fois aux Etats-Unis et en France en 1995 et suscite des critiques remarquées de la presse. Libération écrit notamment que Gus Van Sant « traite cyniquement son premier film hollywoodien; par le biais du pop art, il démonte les mécanismes narcissiques et stéréotypés du petit écran. «Prête à tout» et même au pire. »

Grace à « Prête à Tout », Gus Van Sant, jusqu’ici associé à un cinéma indépendant plus rugueux voit là s’entrouvrir la porte des studios et des productions plus prestigieuses pour un parcours truffé de films passionnants. Il réalisera ensuite une dizaine de films aussi différents les uns que les autres. Une seule thématique toutefois et toujours la jeunesse, et plus particulièrement les adolescents. En 2003, il réalise « Gerry » avec Casey Affleck et Matt Damon. Sa carrière de cinéaste culmine, la même année, avec le film « Elephant » qui traite de la fusillade du lycée Columbine par deux adolescents. Il reçoit la Palme d’or ainsi que le Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2003. Il filme à nouveau des adolescents skateurs confrontés à un meurtre dans « Paranoid Park »

« Prête à Tout » est un film très important dans la carrière de son réalisateur et de sa vedette principale. Et il représente dès 1995 le tableau des envies et du savoir faire de Gus Van Sant. Il pose son regard sans complaisance sur l’adolescence américaine influencée par les effets pervers des modes actuelles, celles des médias, de la culture « beat », des armes, du star système. Le cinéaste observe justement les jeunes générations et donne à voir les contours du temps présent.

 

 

 

FANNY DE MARCEL PAGNOL 2e volet de LA TRILOGIE MARSEILLAISE

LA TRILOGIE MARSEILLAISE DE MARCEL PAGNOL

DE RETOUR SUR LE GRAND ECRAN

 

SÉLECTION CANNES CLASSICS  2015 – SELECTION LUMIÈRES 2015

120e ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE MARCEL PAGNOL

« Le cinéma et moi sommes nés le même jour, au même endroit… » Marcel Pagnol

EN VERSION RESTAURÉE 4K ET DANS SON FORMAT ORIGINAL

3 CHEFS -D’OEUVRE DU PATRIMOINE FRANÇAIS:

MARIUS ACTUELLEMENT AU CINEMA

FANNY ACTUELLEMENT AU CINEMA

CÉSAR ACTUELLEMENT AU CINEMA

Avec le soutien de l’ADRC, l’AFCAE & le C.N.C.

affiche la trilogie

MARIUS

1er volet de la trilogie

« Cesar : Tu ne sais meme pas doser un mandarin-citron- curacao. Tu n’en fais pas deux pareils !Marius : Comme les clients n’en boivent qu’un à  la fois, ils ne peuvent pas comparer. »

Scénariste : Marcel Pagnol, d’après sa pièce de théâtre Mise en scène: Alexandre Korda

Avec Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Raimu (César), Fernand Charpin (Panisse), Paul Dullac (Escartefigue), Alida Rouffe (Honorine, la mère de Fanny), Robert Vattier (Monsieur Brun).

Synopsis: Marseille – Le bar de la Marine – Marius est un jeune homme que la mer exalte. Il aime son père César, bourru et bonhomme, il aime aussi la petite Fanny qui vend des coquillages devant le bar de César. Depuis son enfance, l’envie de courir le monde l’enflamme. Il lutte contre sa folie. Il ne veut pas abandonner son père qui en mourrait peut-être de chagrin, ni la petite Fanny qui ne pense qu’à lui. Et pourtant la mer est là…

Photographie : Ted Pahle
Décors : Alfred Junge et Vincent Korda
Montage : Roger Spiri-Mercanton
Musique : Francis Gromon
Producteurs : Robert Kane et Marcel Pagnol

Année: 1931 -visa 507 – Noir et blanc – France- durée: 2h07. format d’origine : 1.20 respecté et inséré dans le 1;85- Copie numerique restaurée)

la première 1ere sortie de Marius eu lieu le  10 octobre 1931

FANNY

2eme volet de la trilogie

Scenario et dialogues : Marcel Pagnol, d’apres sa piece

Realisation : Marc Allegret

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), Alida Rouffe (Honorine), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis: Marius est parti sur « La Malaisie », abandonnant le vieux Cesar, son pe?re, et Fanny, sa fiancée, qui porte leur enfant. Panisse, un brave homme, épouse Fanny et adopte le petit Césariot qu’il aime comme un fils. Mais un jour, Marius revient…

France – 1932 – visa 508 noir et blanc – dure?e : 2h08 VF et VFST anglais format d’origine 1.20 respecte et insere dans le 1.85

Assistants réalisation : Yves Allegret, Pierre Prevert et Eli Lotar

Images : Nicolas Toporkoff, Andre Dantan, Roger Hubert, Georges Benoit et Coutelain Script-girl : Francoise Giroud Decors : Gabriel Scognamillo Son : William Bell Musique : Vincent Scotto Montage : Jean Mamy

Production : Les Films Marcel Pagnol  Studios : Billancourt Exterieurs : Marseille

LA LETTRE DE CESAR A MARIUS…

Marius est parti. Cesar ne montre pas ses sentiments, mais son coeur de pere est meurtri. Un jour, le facteur lui remet une lettre. C’est Marius qui lui ecrit du bout du monde. Cesar appelle Fanny pour lui dicter sa reponse.

« Mon cher enfant, ENFIN, je recois ta premiere lettre. Elle n’est pas bien longue.J’espere que la deuxieme durera au moins dix pages et meme vingt ! Ce que tu me dis au sujet de tes savants est tres interessant, maiiiiiis… quand tu vas commencer a mesurer le fond de la mer, fais bien attention de ne pas trop te pencher, et de ne pas tomber par dessus bord et la ou ca sera trop profond, laisse un peu mesurer les autres. »

Je le connais, moi, M. Marius ; quand il avait quatre ans, un jour que je l’avais amene a la peche sur la barquette de Panisse, il se penche pour regarder sa ligne et pouf un homme a la mer ! C’est vrai qu’a ce moment-la, il avait la tete plus lourde que le derriere, et que depuis ca s’est arrange.

« Et si quelqu’un… a  bord avait la peste, ne lui parle que de loin et ne le frequente plus, meme si c’etait ton meilleur ami. L’amitie est une chose admirable, mais la peste, c’est la fin du monde. Ici, tout va bien et je me porte bien, sauf une colere terrible qui m’a pris quand tu es parti, et qui n’est pas encore arretee. »

CESAR

3eme et dernier volet de la trilogie

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), Andre? Fouche? ( Cesariot), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis Fanny, abandonne?e par Marius, epouse Panisse qui adopte Cesariot, l’enfant de l’amour, et l’e?le?ve comme son fils. Aujourd’hui, Ce?sariot est adulte et Panisse se meurt. Fanny reve?le la verite a son fils qui decide alors de partir a la recherche de Marius, son pere…

France – 1936 – visa 509 noir et blanc – duree : 2h21 VF et VFST anglais format d’origine 1.37 respecte? et inse?re? dans le 1.85

Re?alisation, Sce?nario et dialogues : Marcel Pagnol 

Images : Willy Faktorovitch, assiste de Willy-Gricha, Roger Ledru  Decors : Marius Brouquier Studios : Marcel Pagnol, Marseille Exterieurs : Marseille et Toulon Son : Julien Coutellier, Banuls Production : Les Films Marcel Pagnol

Musique : Vincent Scotto Montage : Suzanne de Troye, Jeannette Ginestet

LA RESTAURATION

Adapté de la pièce à succès de l’auteur, Marius (1931) est le premier volet de la trilogie initiée par Marcel Pagnol sur Marseille. Son petit-fils Nicolas revient sur le film, qui conte l’histoire d’un jeune homme employé au bar de son père.

Qu’est-ce qui a poussé Marcel Pagnol à adapter Marius ?
En 1930, il est allé voir à Londres Broadway Melody, de Harry Beaumont, le premier film entièrement sonore de l’histoire du 7e Art. Il comprend alors que le cinéma offre une nouvelle possibilité d’écriture. Il rencontre le patron de la Paramount et le convainc.Alexander Korda est choisi pour réaliser le film et Marcel s’occupe de la direction d’acteurs. Trois versions du film sont tournées : une française, une allemande et une suédoise.

Comment le film a-t-il été accueilli ?
C’est un gigantesque succès populaire. Mais la profession du théâtre lui est tombée sur le dos. Pour elle, il est un traître. Il a notamment une grande divergence de point de vue avec René Clair, pour qui le cinéma muet est l’essence du cinéma. Pour Marcel, le dialogue est prépondérant. Tous deux sont très amis, mais ils vont s’invectiver par journaux interposés. Il faudra attendre les années 1950 pour que Marcel Pagnol soit reconnu comme un grand cinéaste.

L’accent marseillais des personnages joue un rôle important dans l’atmosphère du film…
D’autant plus que dans les années 30, la culture marseillaise est en plein boom et très bien ancrée à Paris. Il a livré cet accent comme il était, dans une France qui n’était pas la même qu’aujourd’hui. Les régions avaient des identités et des spécificités bien plus fortes. Mon grand-père disait : « L’universel, on l’atteint de chez soi ». Il n’a jamais essayé de réinventer l’art. Le seul filtre, c’était sa personnalité.

Quel a été l’enjeu principal de la restauration de Marius ?
Notre grande crainte était le son. On est au début du parlant et c’est un son mono. Le résultat est superbe même si, par endroits, il reste quelques petits défauts. La photographie nous permet de redécouvrir le film. On a récupéré le cadrage d’origine, qui avait recoupé en 1:37. Le négatif était très abimé. La restauration a duré quatre mois.

Propos recueillis par Benoit Pava

 ACCESSIBILITEE SENSORIELLE

La Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol a beneficie du dispositif d’aide a la numerisation des œuvres cinematographiques francaises de patrimoine (CNC). Les films sont accessibles aux personnes en situation de handicap et disposent du sous-titrage pour personnes sourdes ou malentendantes et de l’audiodescription

 

Restauration par la Compagnie méditerranéenne de film – MPC et La Cinémathèque française, avec le soutien du CNC, du Fonds Culturel Franco-Américain DGA-MPA-SACEM- WGAW, le concours d’ARTE France Unité Cinéma et des Archives Audiovisuelles de Monaco, avec la participation de la SOGEDA Monaco. La restauration 4K a été supervisée par Nicolas Pagnol et Hervé Pichard (La Cinémathèque française). Les travaux ont été réalisés par le laboratoire DIGIMAGE. L’étalonnage a été mené par Guillaume Schiffman.

 

Marcel Pagnol

MARCEL PAGNOL EN QUELQUES DATES…

1895. Naissance de Marcel Pagnol a Aubagne le 28 fevrier 1895. Fils d’instituteur, il recoit une éducation classique et republicaine teintee d’anticlericalisme.

1914. Au Lycée, il fonde la revue litteraire Fortunio.

1926. Sa piece Jazz est créee au theatre de Monte-Carlo. Le public l’acclame ; sa carriere est lancée.

1928-1932. Il écrit trois des plus grands succes du theatre français Topaze en 1928, Marius en 1929, et Fanny en 1931. Cette anne?e-la?, sa rencontre avec le directeur de Paramount lui donne l’occasion de porter Marius a l’ecran. Le succes est phenomenal tout comme celui de Fanny l’annee suivante.

1934. Il decide d’abandonner le theatre et fonde ses propres studios de cinema a Marseille et un magazine Les Cahiers du Film afin de diffuser sa conception de l’art cine?matographique : le dialogue doit primer sur l’image.

1934-1940. Pagnol se consacre entierement au cine?ma et trouve en Raimu, Pierre Fresnay et Fernandel des interpretes a la mesure de son talent. Il tourne Jofroi, Angele, Regain, La Femme du boulanger (d’apres Jean Giono), Merlusse, Cigalon, Topaze (Deuxieme version), Cesar, Le Schpountz, La Fille du Puisatier.

1945-1952. Il realise Nais (d’apres Zola), La Belle meuniere, Topaze (Troisieme version), Manon des sources et Ugolin. En 1947, Il est le premier cineaste a? rejoindre l’Academie franc?aise.

1957. Apres un bref retour au theatre, il se lance dans la redaction de ses Souvenirs d’enfance, dont La Gloire de mon pe?re et Le Cha?teau de ma me?re. 1962. Il publie L’Eau des collines (Jean de Florette et Manon des sources).

1974. Il s’éteint a Paris le 18 avril. Il laisse une oeuvre patrimoniale considerable composee? de plus de 50 pieces, films, scenarios et romans.

LES ACTEURS DE MARCEL PAGNOL

Decouvreur de talents, Marcel Pagnol a constitue une veritable troupe autour de lui, offrant a? certains de ses comediens leurs plus grands roles.

Raimu (1883-1946)

Jules Muraire, dit Raimu est reste? dans les me?moires pour son interpretation de « Cesar » dans la Trilogie Marseillaise. En depit de toutes leurs differences et de leurs frequentes disputes, Pagnol et Raimu avaient comme point commun, l’amour du theatre et du cinema.

Pierre Fresnay (1897-1975)

Pierre Laudenbach, dit Pierre Fresnay endosse le ro?le de « Marius » contre l’avis de Raimu qui estime une « folie » d’engager « un alsacien protestant de la Comedie Franc?aise » pour jouer ce personnage. Fresnay s’y prepare en travaillant plusieurs jours dans un cafe du Vieux-Port. Aujourd’hui encore, il reste l’archetype du jeune marseillais des annees 1930.

Orane Demazis (1894-1991)

Orane Demazis (de son vrai nom Henriette Marie Louise Burgart) fut la compagne et l’une des interpretes les plus marquantes de Marcel Pagnol pour laquelle il cree le celebre ro?le de « Fanny » de la Trilogie Marseillaise.

Charpin (1887-1944).

Apres avoir joué « Panisse » au Theatre dans Marius et Fanny, Fernand Charpin (dit Charpin) poursuit sa collaboration avec Pagnol et fait evoluer pour le grand e?cran son personnage de « maitre-voilier du Vieux-Port».

INFOS

Retrouvez les pages officielles & l’actualité de Marcel Pagnol:

http://www.marcel-pagnol.com

https://www.facebook.com/groups/5464184130/?fref=ts

https://www.facebook.com/aubagnecapitalemarcelpagnol2015/

Mission Distribution:

https://www.facebook.com/missiondistribution/?fref=ts

 

Distribution et Presse :

Mission / Rodolphe Rouxel tel 06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Programmation:

Mission Rodolphe Rouxel  Tel :06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Diffusion ADRC: Anne Rioche Tel: 01 56 89 20 30 patrimoine@adrc-asso.org

Matériel disponible:

Chaque film restauré 4k est en VF + fichier  VFST Anglais + fichier audio description

Chaque film est sur DCP accompagné du FA pour la salle

Stock copie: DS à Sarcelles contact: Sébastien Samblard

FA disponible sur DCP, GLobecast et Cote cinema Pro

affiches 40×60 et 120×160  et dépliant (coédition ADRC)

Avant programme  partenariat AFCAE sur demande auprès de l’AFCAE

Stock affiches et dépliants (Coédition ADRC) : DS à Sarcelles contact: Samuel Vaugeois

MARIUS DE MARCEL PAGNOL 1er volet de LA TRILOGIE MARSEILLAISE

LA TRILOGIE MARSEILLAISE DE MARCEL PAGNOL

DE RETOUR SUR LE GRAND ECRAN

 

 

affiche la trilogie

SÉLECTION CANNES CLASSICS  2015 – SELECTION LUMIÈRES 2015

120e ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE MARCEL PAGNOL

« Le cinéma et moi sommes nés le même jour, au même endroit… » Marcel Pagnol

EN VERSION RESTAURÉE 4K ET DANS SON FORMAT ORIGINAL

3 CHEFS -D’OEUVRE DU PATRIMOINE FRANÇAIS:

MARIUS ACTUELLEMENT AU CINEMA

FANNY ACTUELLEMENT AU CINEMA

CÉSAR ACTUELLEMENT AU CINEMA

Avec le soutien de l’ADRC, l’AFCAE & le C.N.C

  

 

 

MARIUS

1er volet de la trilogie

« Cesar : Tu ne sais meme pas doser un mandarin-citron- curacao. Tu n’en fais pas deux pareils !Marius : Comme les clients n’en boivent qu’un à  la fois, ils ne peuvent pas comparer. »

Scénariste : Marcel Pagnol, d’après sa pièce de théâtre Mise en scène: Alexandre Korda

Avec Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Raimu (César), Fernand Charpin (Panisse), Paul Dullac (Escartefigue), Alida Rouffe (Honorine, la mère de Fanny), Robert Vattier (Monsieur Brun).

Synopsis: Marseille – Le bar de la Marine – Marius est un jeune homme que la mer exalte. Il aime son père César, bourru et bonhomme, il aime aussi la petite Fanny qui vend des coquillages devant le bar de César. Depuis son enfance, l’envie de courir le monde l’enflamme. Il lutte contre sa folie. Il ne veut pas abandonner son père qui en mourrait peut-être de chagrin, ni la petite Fanny qui ne pense qu’à lui. Et pourtant la mer est là…

Photographie : Ted Pahle
Décors : Alfred Junge et Vincent Korda
Montage : Roger Spiri-Mercanton
Musique : Francis Gromon
Producteurs : Robert Kane et Marcel Pagnol

Année: 1931 -visa 507 – Noir et blanc – France- durée: 2h07. format d’origine : 1.20 respecté et inséré dans le 1;85- Copie numerique restaurée)

la première 1ere sortie de Marius eu lieu le  10 octobre 1931

FANNY

2eme volet de la trilogie

Scenario et dialogues : Marcel Pagnol, d’apres sa piece

Realisation : Marc Allegret

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), Alida Rouffe (Honorine), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis: Marius est parti sur « La Malaisie », abandonnant le vieux Cesar, son pe?re, et Fanny, sa fiancée, qui porte leur enfant. Panisse, un brave homme, épouse Fanny et adopte le petit Césariot qu’il aime comme un fils. Mais un jour, Marius revient…

France – 1932 – visa 508 noir et blanc – dure?e : 2h08 VF et VFST anglais format d’origine 1.20 respecte et insere dans le 1.85

Assistants réalisation : Yves Allegret, Pierre Prevert et Eli Lotar

Images : Nicolas Toporkoff, Andre Dantan, Roger Hubert, Georges Benoit et Coutelain Script-girl : Francoise Giroud Decors : Gabriel Scognamillo Son : William Bell Musique : Vincent Scotto Montage : Jean Mamy

Production : Les Films Marcel Pagnol  Studios : Billancourt Exterieurs : Marseille

LA LETTRE DE CESAR A MARIUS…

Marius est parti. Cesar ne montre pas ses sentiments, mais son coeur de pere est meurtri. Un jour, le facteur lui remet une lettre. C’est Marius qui lui ecrit du bout du monde. Cesar appelle Fanny pour lui dicter sa reponse.

« Mon cher enfant, ENFIN, je recois ta premiere lettre. Elle n’est pas bien longue.J’espere que la deuxieme durera au moins dix pages et meme vingt ! Ce que tu me dis au sujet de tes savants est tres interessant, maiiiiiis… quand tu vas commencer a mesurer le fond de la mer, fais bien attention de ne pas trop te pencher, et de ne pas tomber par dessus bord et la ou ca sera trop profond, laisse un peu mesurer les autres. »

Je le connais, moi, M. Marius ; quand il avait quatre ans, un jour que je l’avais amene a la peche sur la barquette de Panisse, il se penche pour regarder sa ligne et pouf un homme a la mer ! C’est vrai qu’a ce moment-la, il avait la tete plus lourde que le derriere, et que depuis ca s’est arrange.

« Et si quelqu’un… a  bord avait la peste, ne lui parle que de loin et ne le frequente plus, meme si c’etait ton meilleur ami. L’amitie est une chose admirable, mais la peste, c’est la fin du monde. Ici, tout va bien et je me porte bien, sauf une colere terrible qui m’a pris quand tu es parti, et qui n’est pas encore arretee. »

Marcel Pagnol

CESAR

3eme et dernier volet de la trilogie

Avec Raimu (Cesar), Pierre Fresnay (Marius), Orane Demazis (Fanny), Fernand Charpin (Panisse), Andre? Fouche? ( Cesariot), Robert Vattier (M. Brun), Paul Dullac (Escartefigue)

Synopsis Fanny, abandonne?e par Marius, epouse Panisse qui adopte Cesariot, l’enfant de l’amour, et l’e?le?ve comme son fils. Aujourd’hui, Ce?sariot est adulte et Panisse se meurt. Fanny reve?le la verite a son fils qui decide alors de partir a la recherche de Marius, son pere…

France – 1936 – visa 509 noir et blanc – duree : 2h21 VF et VFST anglais format d’origine 1.37 respecte? et inse?re? dans le 1.85

Re?alisation, Sce?nario et dialogues : Marcel Pagnol 

Images : Willy Faktorovitch, assiste de Willy-Gricha, Roger Ledru  Decors : Marius Brouquier Studios : Marcel Pagnol, Marseille Exterieurs : Marseille et Toulon Son : Julien Coutellier, Banuls Production : Les Films Marcel Pagnol

Musique : Vincent Scotto Montage : Suzanne de Troye, Jeannette Ginestet

LA RESTAURATION

Adapté de la pièce à succès de l’auteur, Marius (1931) est le premier volet de la trilogie initiée par Marcel Pagnol sur Marseille. Son petit-fils Nicolas revient sur le film, qui conte l’histoire d’un jeune homme employé au bar de son père.

Qu’est-ce qui a poussé Marcel Pagnol à adapter Marius ?
En 1930, il est allé voir à Londres Broadway Melody, de Harry Beaumont, le premier film entièrement sonore de l’histoire du 7e Art. Il comprend alors que le cinéma offre une nouvelle possibilité d’écriture. Il rencontre le patron de la Paramount et le convainc.Alexander Korda est choisi pour réaliser le film et Marcel s’occupe de la direction d’acteurs. Trois versions du film sont tournées : une française, une allemande et une suédoise.

Comment le film a-t-il été accueilli ?
C’est un gigantesque succès populaire. Mais la profession du théâtre lui est tombée sur le dos. Pour elle, il est un traître. Il a notamment une grande divergence de point de vue avec René Clair, pour qui le cinéma muet est l’essence du cinéma. Pour Marcel, le dialogue est prépondérant. Tous deux sont très amis, mais ils vont s’invectiver par journaux interposés. Il faudra attendre les années 1950 pour que Marcel Pagnol soit reconnu comme un grand cinéaste.

L’accent marseillais des personnages joue un rôle important dans l’atmosphère du film…
D’autant plus que dans les années 30, la culture marseillaise est en plein boom et très bien ancrée à Paris. Il a livré cet accent comme il était, dans une France qui n’était pas la même qu’aujourd’hui. Les régions avaient des identités et des spécificités bien plus fortes. Mon grand-père disait : « L’universel, on l’atteint de chez soi ». Il n’a jamais essayé de réinventer l’art. Le seul filtre, c’était sa personnalité.

Quel a été l’enjeu principal de la restauration de Marius ?
Notre grande crainte était le son. On est au début du parlant et c’est un son mono. Le résultat est superbe même si, par endroits, il reste quelques petits défauts. La photographie nous permet de redécouvrir le film. On a récupéré le cadrage d’origine, qui avait recoupé en 1:37. Le négatif était très abimé. La restauration a duré quatre mois.

Propos recueillis par Benoit Pava

ACCESSIBILITEE SENSORIELLE

La Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol a beneficie du dispositif d’aide a la numerisation des œuvres cinematographiques francaises de patrimoine (CNC). Les films sont accessibles aux personnes en situation de handicap et disposent du sous-titrage pour personnes sourdes ou malentendantes et de l’audiodescription

 

Restauration par la Compagnie méditerranéenne de film – MPC et La Cinémathèque française, avec le soutien du CNC, du Fonds Culturel Franco-Américain DGA-MPA-SACEM- WGAW, le concours d’ARTE France Unité Cinéma et des Archives Audiovisuelles de Monaco, avec la participation de la SOGEDA Monaco. La restauration 4K a été supervisée par Nicolas Pagnol et Hervé Pichard (La Cinémathèque française). Les travaux ont été réalisés par le laboratoire DIGIMAGE. L’étalonnage a été mené par Guillaume Schiffman.

 portrait-mp-avant-1946002

MARCEL PAGNOL EN QUELQUES DATES…

1895. Naissance de Marcel Pagnol a Aubagne le 28 fevrier 1895. Fils d’instituteur, il recoit une éducation classique et republicaine teintee d’anticlericalisme.

1914. Au Lycée, il fonde la revue litteraire Fortunio.

1926. Sa piece Jazz est créee au theatre de Monte-Carlo. Le public l’acclame ; sa carriere est lancée.

1928-1932. Il écrit trois des plus grands succes du theatre français Topaze en 1928, Marius en 1929, et Fanny en 1931. Cette anne?e-la?, sa rencontre avec le directeur de Paramount lui donne l’occasion de porter Marius a l’ecran. Le succes est phenomenal tout comme celui de Fanny l’annee suivante.

1934. Il decide d’abandonner le theatre et fonde ses propres studios de cinema a Marseille et un magazine Les Cahiers du Film afin de diffuser sa conception de l’art cine?matographique : le dialogue doit primer sur l’image.

1934-1940. Pagnol se consacre entierement au cine?ma et trouve en Raimu, Pierre Fresnay et Fernandel des interpretes a la mesure de son talent. Il tourne Jofroi, Angele, Regain, La Femme du boulanger (d’apres Jean Giono), Merlusse, Cigalon, Topaze (Deuxieme version), Cesar, Le Schpountz, La Fille du Puisatier.

1945-1952. Il realise Nais (d’apres Zola), La Belle meuniere, Topaze (Troisieme version), Manon des sources et Ugolin. En 1947, Il est le premier cineaste a? rejoindre l’Academie franc?aise.

1957. Apres un bref retour au theatre, il se lance dans la redaction de ses Souvenirs d’enfance, dont La Gloire de mon pe?re et Le Cha?teau de ma me?re. 1962. Il publie L’Eau des collines (Jean de Florette et Manon des sources).

1974. Il s’éteint a Paris le 18 avril. Il laisse une oeuvre patrimoniale considerable composee? de plus de 50 pieces, films, scenarios et romans.

LES ACTEURS DE MARCEL PAGNOL

Decouvreur de talents, Marcel Pagnol a constitue une veritable troupe autour de lui, offrant a? certains de ses comediens leurs plus grands roles.

Raimu (1883-1946)

Jules Muraire, dit Raimu est reste? dans les me?moires pour son interpretation de « Cesar » dans la Trilogie Marseillaise. En depit de toutes leurs differences et de leurs frequentes disputes, Pagnol et Raimu avaient comme point commun, l’amour du theatre et du cinema.

Pierre Fresnay (1897-1975)

Pierre Laudenbach, dit Pierre Fresnay endosse le ro?le de « Marius » contre l’avis de Raimu qui estime une « folie » d’engager « un alsacien protestant de la Comedie Franc?aise » pour jouer ce personnage. Fresnay s’y prepare en travaillant plusieurs jours dans un cafe du Vieux-Port. Aujourd’hui encore, il reste l’archetype du jeune marseillais des annees 1930.

Orane Demazis (1894-1991)

Orane Demazis (de son vrai nom Henriette Marie Louise Burgart) fut la compagne et l’une des interpretes les plus marquantes de Marcel Pagnol pour laquelle il cree le celebre ro?le de « Fanny » de la Trilogie Marseillaise.

Charpin (1887-1944).

Apres avoir joué « Panisse » au Theatre dans Marius et Fanny, Fernand Charpin (dit Charpin) poursuit sa collaboration avec Pagnol et fait evoluer pour le grand e?cran son personnage de « maitre-voilier du Vieux-Port».

cesar-film017

INFOS

Retrouvez les pages officielles & l’actualité de Marcel Pagnol:

http://www.marcel-pagnol.com

https://www.facebook.com/groups/5464184130/?fref=ts

https://www.facebook.com/aubagnecapitalemarcelpagnol2015/

Mission Distribution:

https://www.facebook.com/missiondistribution/?fref=ts

Affiche Trilogie

Distribution et Presse :

Mission / Rodolphe Rouxel tel 06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Programmation:

Mission Rodolphe Rouxel  Tel :06 60 20 81 55 rodolphe.mission@gmail.com

Diffusion ADRC: Anne Rioche Tel: 01 56 89 20 30 patrimoine@adrc-asso.org

Matériel disponible:

Chaque film restauré 4k est en VF + fichier  VFST Anglais + fichier audio description

Chaque film est sur DCP accompagné du FA pour la salle

Stock copie: DS à Sarcelles contact: Sébastien Samblard

FA disponible sur DCP, GLobecast et Cote cinema Pro

affiches 40×60 et 120×160  et dépliant (coédition ADRC)

Avant programme  partenariat AFCAE sur demande auprès de l’AFCAE

Stock affiches et dépliants (Coédition ADRC) : DS à Sarcelles contact: Samuel Vaugeois

Affiche Trilogie

LE SCHPOUNTZ DE MARCEL PAGNOL ACTELLEMENT AU CINÉMA

Le Schpountz

Un film de Marcel Pagnol

Avec Fernandel et Orane Demazis

SCHPOUNTZ-BAT-br

Invisible au cinéma depuis 50 ans

Pour la première fois en copie neuve restaurée 2K

 

« Schpountz » signifie simple d’esprit. Comme l’on dirait à Marseille : c’est un « fada », on peut dire : c’est un « schpountz »…
« Quand on fait rire sur la scène ou sur l’écran, on ne s’abaisse pas, bien au contraire. Faire rire ceux qui rentrent des champs, avec leurs grandes mains tellement dures qu’ils ne peuvent plus les fermer, ceux qui sortent des bureaux avec leurs petites poitrines qui ne savent plus le goût de l’air, ceux qui reviennent de l’usine, la tête basse, les ongles cassés, avec de l’huile noire dans les coupures de leurs doigts…
Faire rire tous ceux qui mourront, faire rire
tous ceux qui ont perdu leur mère, ou qui la perdront…
Le rire n’est pas une espèce de convulsion absurde et vulgaire mais une chose humaine que Dieu a peut-être donnée aux hommes pour les consoler d’êtres intelligents. »
Marcel Pagnol.

Le Schpountz (film)020

Producteur : Les Films Marcel Pagnol.
Scénario, dialogues et réalisation : Marcel Pagnol.
Images : Willy Faktorovitch.
Son : Marcel Lavoignat et Jean Lecocq.
Musique : Casimir Oberfeld.
Montage : Suzanne de Troye.
Première présentation publique : Paris, avril 1938.
Durée : 2 h 02

Les interprètes:

Fernandel – Irénée Fabre
Orane Demazis – Françoise
Fernand Charpin – L’oncle Baptiste
Robert Vattier – Astruc
Jean Castan – Casimir Fabre
Odette Roger – La tante Clarisse
Léon Bélières – Meyerboom
Maupi – Le barman
Charles Blavette – Martelette
Henri Poupon – Le grand acteur

Le Schpountz (film)079

L’histoire

Jeune commis épicier un peu mythomane, Irénée, à qui le cinéma a tourné la tête, est convaincu qu’il deviendra un acteur célèbre. Il rencontre une équipe de tournage qui lui réserve une plaisanterie cruelle… Il arrive aux studios plein d’espoir…

« Le cinéma et moi sommes nés le même jour, au même endroit… »Marcel Pagnol

« Je faisais tout : producteur, directeur des studios et des laboratoires, réalisateur, directeur des agences… J’habitais dans les studios. On mangeait à la cantine tous les jours. Quand on tournait, c’était une immense tablée : il y avait les acteurs, les techniciens, les machinistes… »
« Moi, je leur répétais : « Mes enfants, ne vous inquiétez pas ! Si ce n’est pas bon on refait ». Cela ne coûtait pratiquement rien de refaire; ça ne coûtait que la pellicule… On ne risquait rien; on tournait, on projetait, on disait : « Non ce n’est pas bon » et on recommençait. Les machinistes assistaient aux projections, ils habitaient autour des studios ; notre cinéma était une chose familiale. »

Le Schpountz (film)061

TOPAZE DE MARCEL PAGNOL ACTUELLEMENT AU CINÉMA

TOPAZE

Une comédie de MARCEL PAGNOL

AVEC

FERNANDEL

INVISIBLE AU CINÉMA DEPUIS 50 ANS /POUR LA PREMIERE FOIS EN COPIE RESTAURÉE 2K

TOPAZE-BAT-hrsfp

La production

Producteur : Les Films Marcel Pagnol.
Directeur de production : Jo Martinetti.
Scénario et dialogues : Marcel Pagnol, d’après sa pièce.
Réalisation : Marcel Pagnol.
Images : Philippe Agostini.
Décors : Hugues Laurent.
Montage : Monique Lacombe.
Musique : Raymond Legrand.
Première présentation publique : Monte-Carlo, janvier 1951.
Durée : 2 h 15.

Topaze Fernandel (film)023

Les interprètes

Fernandel – Topaze
Marcel Vallée – M. Muche
Jacqueline Pagnol – Ernestine
Pierre Larquey – Tamise
Hélène Perdrière – Susy Courtois
Jacques Morel – Régis Castel Vernac
Jacques Castelot – Roger Gaétan de Bersac
Milly Mathis – Comtesse Pitart Vergniolles

Topaze Fernandel (film)001

Topaze Fernandel (film)015

L’histoire

Instituteur à la pension Muche, Topaze, minable répétiteur incapable de tricher sur les notes de riches cancres, est licencié. Réduit au chômage, il donne des leçons particulières au neveu de Suzy Courtois, une demi-mondaine… Il va alors prendre conscience de la vanité de sa mission éducative et devenir une fripouille cynique…

Topaze Fernandel (film)010

 

NAIS DE MARCEL PAGNOL AU CINÉMA

NAÏS DE MARCEL PAGNOL

AVEC FERNANDEL

ET JACQUELINE PAGNOL

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

NAIS-BAT-br

portrait-mp-avant-1946002

Marcel Pagnol

INVISIBLE AU CINÉMA DEPUIS 50 ANS

POUR LA PREMIERE FOIS EN COPIE RESTAURÉE 2K

Les interprètes

Fernandel – Toine
Jacqueline Bouvier Pagnol – Naïs
Henri Poupon – Micoulin, son père
Raymond Pellegrin – Frédéric
Arius – M. Rostaing, son père
Germaine Kerjean – Sa mère
Charles Blavette – L’ingénieur

 

nai%cc%88s-film008bis

nai%cc%88s-film009

nai%cc%88s-film018

 

La production

Producteur : Société nouvelle des Films Marcel Pagnol.
Supervision, scénario et dialogues : Marcel Pagnol, d’après une nouvelle d’Emile Zola.
Réalisation : Raymond Leboursier.
Images : Ch. Suin et W.Wottitz.
Décors : R. Giordani.
Studios : Marseille.
Extérieurs : Cassis-sur-Mer.
Montage : Jeannette Rongier.
Musique : Vincent Scotto et H. Thomas.
Première présentation publique : novembre 1945.
Durée : 1 h 58.

Visa : 584

nai%cc%88s-film001
L’histoire

Naïs, jeune paysanne provençale, aime Frédéric, fils débauché des patrons de son père. Elle devient sa « maîtresse des vacances ». Toine le bossu les surprend, mais, par amour pour Naïs, il devient leur complice. Micoulin, le père de la jeune fille, met tout en œuvre pour venger son honneur…

nai%cc%88s-film019

« Dans « NAÏS », Toine – notre Fernandel – est affublé d’une bosse à la Quasimodo. Marcel Pagnol, attribuant à Lauzun un tel apanage, nous fascine en nous contant l’histoire de ce noble séducteur qui finit par épouser la Grande Mademoiselle. À Cassis, en revenant vers l’hôtel, Fernand est pensif.
Soudain il évoque : « Bien que pas tellement riche, j’ai eu une enfance très heureuse. En classe, j’étais toujours prêt à rigoler, et les vacances chez ma grand- mère, c’était le Paradis. Mais un beau jour, cette femme, qui m’adorait, fit les frais d’une armoire à glace. Et c’est là, devant cette grande glace, que j’ai fait une découverte…
moi-même. Je n’étais pas aussi beau que mon adorable grand-mère me le répétait sans cesse ; je n’étais pas bossu…ça, non. Mais de plus beau que moi, oui, il y en avait. Seulement voilà, c’était elle qui me voyait à travers son amour. A la rentrée des classes, mes copains m’ont fait fête, comme toujours. Ils m’aimaient bien, eux aussi… et je les amusais, comme toujours. Je crois que c’est alors que j’ai compris qu’un des secrets du bonheur, c’est de donner de la joie… »
Un peu plus tard, Marcel fit cette réflexion : « Pourquoi fait-on souvent de Fernand un ridicule ou un minable dont on se moque ? ». Le lendemain, en offrant à Toine l’émouvante chanson des petits bossus, que Fernand joua dans un sanglot, il lui demandait, en somme, un peu pardon… »
Martine Mouneyres. (Scripte)

SITE OFFICIEL MARCEL PAGNOL

http://www.marcel-pagnol.com/film-nais,24.html

nai%cc%88s-film012