20e ANNIVERSAIRE – FESTEN AU CINÉMA LE 14 NOVEMBRE 2018

20e ANNIVERSAIRE -28 prix dont LE PRIX SPÉCIAL DU JURY FESTIVAL DE CANNES 1998

FESTEN

Fete de Famille Dogme 1

Un film de Thomas Vinterberg

(non crédité au générique comme l’exige le manifeste Dogme95)

Avec Thomas Vinterberg, Lars Brygmann, Ulrich Thomsen , Henning Moritzen , Thomas Bo Larsen , Paprika Steen

nouvelle affiche Festen 2018

synopsis

Le patriarche Helge Klingenfelt fait préparer une grande fête pour ses 60 ans. Parmi les convives, Christian, le fils aîné, est chargé par Helge de dire quelques mots au cours du dîner sur sa soeur jumelle Linda, morte un an plus tôt. Personne ne se doute que Christian va profiter de ce petit discours pour révéler de terribles secrets..

Danemark, 1998, 105 mn, en VOST, Comédie dramatique (Interdit aux moins de 12 ans)

Recommandé Art et Essai par l’Afcae.

Réalisateur Thomas Vinterberg
Scénariste Mogens Rukov, Thomas Vinterberg
Directeur de la photo Anthony Dod Mantle
Monteur Valdis Oskarsdottir
Compositeur Lars Bo Jensen
Producteur Birgitte Hald

Définie comme “écriture théâtrale qui s’appuie sur un dispositif cinématographique en temps réel et à vue”, la performance filmique “injecte dans le temps du cinéma le présent du théâtre”, captant ainsi sur scène l’énergie éphémère du plateau de tournage. Mais Festen est bien plus qu’une expérience esthétique. On y assiste à la confrontation explosive d’un rituel (la célébration d’un anniversaire) et de sa rupture (la dénonciation par un fils des crimes de son père). L’effet de réalité ainsi produit est sidérant : au-delà de l’inceste paternel, c’est la complicité tacite de toute une société qui se révèle. Cette version, revécue chaque soir au cours d’un banquet bien réel, sera également un hommage en filigrane à une autre histoire de famille danoise : celle du prince Hamlet, qui lui aussi choisit de faire de la cérémonie scénique “le piège où prendre la conscience du roi.”

Thomas Vinterberg, le réalisateur

Né en 1969, Thomas Vinterberg est un dramaturge et réalisateur danois dont l’œuvre a remporté de nombreux prix. Diplômé de l’École Nationale de Cinéma du Danemark en 1993, il fonde avec Lars von Trier, Søren Kragh-Jacobsen et Kristian Levring le mouvement Dogma et signe le premier film à se conformer à ses principes esthétiques : Festen (1998), qui le fait connaître internationalement et remporte le Prix du jury à Cannes. Ses deux films suivants, tournés en langue anglaise, It’s All About Love (2003) et Dear Wendy (2005), sont présentés en sélection au festival de Sundance. En 2010, Submarino est en compétition au Festival de Berlin, avant de remporter le Prix du Cinéma du Concile Nordique. La Chasse, présenté au Festival de Cannes 2012 (où il obtient le Prix du Jury Œcuménique), vaut à Mads Mikkelsen de remporter la Palme du meilleur acteur et à sa directrice de la photographie, Charlotte Bruus Christensen, d’être distinguée par le Prix Vulcain. Au théâtre, Vinterberg a fait ses débuts de dramaturge avec L’Enterrement, créé au Burgtheater de Vienne en 2010 (Théâtre du Rond-Point, 2012), suivi de Die Kommune, programmé à l’Akademietheater un an plus tard.

 

Mogens Rukov Scénariste et dramaturge,

Mogens Rukov (1943-2015) a enseigné pendant une trentaine d’années à Den Danske Filmskole, l’École Nationale de Cinéma établie à Holmen, un quartier de Copenhague, où il forme et influence une nouvelle génération d’auteurs danois. Diplômé en cinéma et en philologie nordique (1974), il a cosigné plusieurs scénarios importants, dont ceux de Festen (1998), Arven (L’Héritage), de Per Fly (2003), It’s All About Love (2003) ou Reconstruction, de Christoffer Boe (2003, Caméra d’or au Festival de Cannes). Au théâtre, Rukov a également coécrit L’Enterrement et Die Kommune avec Thomas Vinterberg (Burgtheater et Akademietheater de Vienne, 2010-2011).

 

Festen est un film important dans l’histoire du cinéma puisqu’il met en pratique le Dogme 95 établi par les réalisateurs danois Lars Von Trier et Thomas Vinterberg. Qu’est ce que le dogme ? voici  la charte du dogme . Et ce, en réaction aux superproductions anglo-saxonnes accusées de valoriser des produits jugés uniformisés.

« Vœu de chasteté

Je jure de me soumettre aux règles qui suivent telles qu’édictées et approuvées par Dogme 95

1. Le tournage doit être fait sur place. Les accessoires et décors ne doivent pas être amenés (si on a besoin d’un accessoire particulier pour l’histoire, choisir un endroit où cet accessoire est présent).
2. Le son ne doit jamais être réalisé à part des images, et inversement (aucune musique ne doit être utilisée à moins qu’elle ne soit jouée pendant que la scène est filmée).
3. La caméra doit être portée à la main. Tout mouvement, ou non-mouvement possible avec la main est autorisé. (Le film ne doit pas se dérouler là où la caméra se trouve; le tournage doit se faire là où le film se déroule).
4. Le film doit être en couleurs. Un éclairage spécial n’est pas acceptable. (S’il n’y a pas assez de lumière, la scène doit être coupée, ou une simple lampe attachée à la caméra).
5. Tout traitement optique ou filtre est interdit.
6. Le film ne doit pas contenir d’action de façon superficielle. (Les meurtres, les armes, etc. ne doivent pas apparaître).
7. Les détournements temporels et géographiques sont interdits. (C’est-à-dire que le film se déroule ici et maintenant).
8. Les films de genre ne sont pas acceptables.
9. Le format de la pellicule doit être le format académique 35mm.
10. Le réalisateur ne doit pas être crédité.

De plus je jure en tant que réalisateur de m’abstenir de tout goût personnel. Je ne suis plus un artiste. Je jure de m’abstenir de créer une « œuvre », car je vois l’instant comme plus important que la totalité. Mon but suprême est faire sortir la vérité de mes personnages et de mes scènes. Je jure de faire cela par tous les moyens disponibles et au prix de mon bon goût et de toute considération esthétique.

Et ainsi je fais mon Vœu de Chasteté

Copenhague, Lundi 13 mars 1995

Au nom du Dogme 95

Lars Von Trier, Thomas Vinterberg »