ÉVÈNEMENT: HAIR DE MILOS FORMAN AU CINÉMA LE 24 MAI 2017

HAIR DE MILOS FORMAN

AU CINÉMA LE 24 MAI 2017

POUR LA PREMIERE FOIS EN COPIE NUMÉRIQUE

EN EXCLUSIVITÉ

A  PARIS AU CHAMPO VE

A MARSEILLE AUX VARIÉTES

ET DANS D’AUTRES SALLES PARTOUT EN FRANCE

LA NOUVELLE AFFICHE

 

Réalisation : Miloš Forman

Avec John Savage, Treat Williams, Beverly D’Angelo

 

« Bien que Hair paraisse soigneusement réfléchi, le résultat final est tout à fait spontané. Tout comme les meilleurs films musicaux du passé – Chantons sous la pluie dans les années 1950 ou Quatre garçons dans le vent dans les années 1960 – Hair s’écoule d’un morceau à un autre et emporte le public. » (Frank Rich, TIME magazine, mars 1979)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scénario : Michael Weller, Gerome Ragni, James Rado

Musique : Galt MacDermott

Montage : Alan Heim, Stanley Warnow
Producteurs : Michael Butler, Lester Persky
Image : Richard C. Kratina, Miroslav Ondricek, Jean Talvin

Genre Comédie musicale
Nationalités Américain, Ouest-allemand

USA- couleur -Comédie musicale -drame -vostf -DCP -1979 -visa: 50863 -121 mn

 

SYNOPSIS

Le film se situe à New York. C’est l’histoire du destin du jeune et naïf Claude, croyant en Dieu, fils d’un fermier patriote de province. Claude visite New York avant d’être incorporé comme militaire et partir pour la guerre du Vietnam. En chemin, il se retrouve au milieu d’un happening de hippies dans Central Park et tombe immédiatement sous le charme de la belle Sheila. Le leader pacifiste des hippies l’incite à lui déclarer sa flamme. Il essaiera par ailleurs de le dissuader de partir en guerre.  Il fait alors l’expérience de la liberté, des drogues et cesse peu à peu de croire en ce qu’il avait jusque‑là considéré comme étant juste.C’est alors que des retournements de situation va bouleverser la vie de Claude et provoquer des conséquences dramatiques.

 

Autour du film:

Pourquoi un jeune homme de vingt ans devrait‑il aller se faire tuer à l’autre bout du monde ? Notamment s’il n’a pas eu jusqu’alors de petite amie et si pour être heureux il n’a besoin que d’un peu d’amour, de marijuana et d’une bande d’amis fidèles qui savent épouser sa cause et le cas échéant se sacrifier pour lui.

Cette parabole antimilitariste pleine de douceur, de hippies, d’images psychédéliques et d’excellente musique fut réalisée avec dix ans de recul, à une époque où la révolte de la fin des années 1960 n’était qu’un souvenir nostalgique.

 

 

L’histoire de Claude Hooper Bukowski, jeune homme innocent de la campagne américaine, formé par le patriotisme familial qui, sous l´influence d’un groupe de hippies avec le charmant rebelle George Berger en tête, commence à douter du sens de son engagement dans une guerre absurde entre les puissances.

Cette adaptation cinématographique de la comédie musicale de Broadway reflète le conflit socio‑politique américain de toute une décennie. La révolte contre la guerre du Vietnam (1964 – 1975) déclencha le mouvement émancipateur des années 1960 avec son essor culturel et sa révolution sociale.

Ce fond historique sert notamment à Forman, une fois de plus, à développer un sujet qui lui tient à cœur : le conflit entre l’individu et la société qui demande à celui‑ci de s’adapter et d’obéir. Le film est en même temps une satire de la famille puritaine américaine et de toute la société conservatrice, dont les hippies infantiles et effrénés se moquent de manière attrayante.

Aujourd’hui, Hair est un des films cultes sur les hippies. Cependant, il fut tourné à l’époque la moins appropriée vu les tendances à la mode, à la fin des années 1970, où la résonance dans la société des idéaux des hippies avait perdu de son actualité et n’avait pas encore trouvé de successeurs dans les générations suivantes.

Aucun des films de Forman ne fut sans doute tant sous‑estimé à ses débuts. Ni Forman ni la chorégraphe Twyla Thar n’avaient eu auparavant d’expériences avec le genre qu’est le film musical. Tous les deux ont néanmoins fait preuve d’un sens aigu pour ce qui est de l’énergie et du rythme des séquences de musique et de danse et ont créé un des films musicaux les plus intéressants de cette époque.

Dans le pays natal de Forman, la Tchécoslovaquie, communiste à cette époque‑là, à Prague notamment, les gens faisaient la queue toute la nuit pour acheter des billets pour la projection de Hair. Pour plusieurs générations de Tchèques, le film est devenu un manifeste de la liberté tant désirée et non pas une critique des intérêts de puissance des États‑Unis comme l’a compris le régime communiste. C’est d’ailleurs pour cette raison que le régime a exceptionnellement permis la projection de cette œuvre d’un réalisateur émigré de la Tchécoslovaquie totalitaire.

MILOS FORMAN

Anecdotes
La première à Broadway de la comédie musicale Hair a eu lieu au Biltmore Theatre le 29 avril 1968. En 1969, le spectacle obtint une nomination au prix de théâtre américain Tony Award. Cependant Hair fut présenté pour la première fois à New York quelques mois auparavant, en octobre 1967, au Public Theater à East Village où il fut produit par Joseph Papp.
L’histoire du film est assez changée par rapport à la comédie musicale réalisée onze ans plus tôt. Dans la comédie musicale, Claude est déjà membre de la communauté de hippies et à la fin il s’enrôle dans un régiment au Vietnam. Au contraire, dans le film, Claude est une recrue naïve d’Oklahoma qui arrive à New York pour intégrer l’armée et ce n’est que là qu’il fait connaissance avec des hippies. Dans la comédie musicale, Sheila est une représentante du mouvement féministe qui est amoureuse de Berger et de Claude à la fois. La plus grande prise de liberté cinématographique est celle qui concerne le changement du destin de Berger.
Le film omet également quelques chansons célèbres de la comédie musicale, notamment The Bed, Dead End, Oh Great God of Power, I Believe in Love, Going Down, Air, My Conviction, Abie Baby, Frank Mills ou What a Piece of Work is Man.
Quelques chansons furent abrégées (Manchester England), changées (Walking in Space)ou attribuées à un autre personnage. La chanson Somebody to Love fut nouvellement écrite.
C’est George Lucas qui fut choisi en premier lieu pour réaliser l’adaptation cinématographique. Mais il refusa car il travaillait à l’époque sur son film American Graffiti.
Le rôle de Berger fut au départ revendiqué par Gerome Ragni, un des auteurs de la comédie musicale, mais finalement c’est Treat Williams qui fut choisi, grâce à son âge.
Madonna et Bruce Springsteen postulèrent également pour un rôle dans ce film.
Le film fut présenté hors compétition au festival de Cannes en 1979.