THE BIG LEBOWSKI LE 5 JUILLET 2017 AU CINÉMA

THE BIG LEBOWSKI

LE  FILM CULTE DE JOEL ET ETHAN COEN

LE 5 JUILLET 2017 AU CINÉMA

EN COPIES NUMÉRIQUES

 

 

Une icône de la pop culture
Sorti en 1998, The Big Lebowski raconte les aventures picaresques et hautes en couleur de Jeff Dude, un loser né, qui passe sa vie à traîner en peignoir. Son mode de vie est devenu une vraie tendance, voire une religion : le « dudeism » fait l’éloge de la paresse, du non-agir. Pour avoir la « Dude-attitude », un seul mot d’ordre : profiter de la vie et glander sur son canapé ! Les frères Coen (Miller’s Crossing, Fargo…) mettent en scène ce héros peu ordinaire, qui se retrouve pris dans la tourmente sur un simple malentendu. Cet épicurien va alors côtoyer la pègre.

Un héros peu ordinaire
Lebowski passe son temps à boire des coups avec son copain Walter et à jouer au bowling, jeu dont il est fanatique. Un jour, deux malfrats le passent à tabac. Il semblerait qu’un certain Jackie Treehorn veuille récupérer une somme d’argent que lui doit la femme de Jeff. Seulement Lebowski n’est pas marié. C’est une méprise, le Lebowski recherché est un millionnaire de Pasadena. Le Dude va alors solliciter un dédommagement de la part de son richissime homonyme.

JEFF BRIDGES

Jeffrey Leon Bridges est un acteur, chanteur et producteur américain, né le 4 décembre 1949 à Los Angeles (Californie).
En 2009, il remporte l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle de Otis « Bad » Blake dans Crazy Heart et, en 2010, il est nommé pour la sixième fois aux Oscars pour son interprétation de Rooster Cogburn dans True Grit.

Dès son adolescence, Jeff apparaît avec son frère Beau dans le show de leur père Lloyd sur la chaîne CBS, The Lloyd Bridges Show (1962-1963). Il trouve son premier rôle majeur en 1971 dans le film en noir et blanc de Peter Bogdanovich, La Dernière Séance, pour lequel il obtient une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Il reprendra à nouveau ce rôle dans la suite du film : Texasville en 1990. Jeff Bridges est à nouveau nommé pour l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour son face à face avec Clint Eastwood dans Le Canardeur (1974) de Michael Cimino. En 1976, il tient le premier rôle dans le remake de King Kong.
En 1982, il obtient l’un de ses rôles les plus populaires : celui du programmeur de jeux vidéo Kevin Flynn dans le film de science-fiction Tron. À cette époque, il a fait partie des noms qui ont circulé pour incarner John Rambo dans le film Rambo2. Il fut aussi envisagé pour tenir le rôle du détective Sonny Crockett dans la série Deux flics à Miami, mais Don Johnson fut finalement engagé.
En 1984, il est nommé à l’Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans Starman de John Carpenter. Il obtient pour ce rôle le Saturn Award du meilleur acteur. Ce rôle d’extraterrestre lui a valu également la seule nomination à ce jour pour un rôle non humain. La même année, il rencontre un bon succès avec le thriller Contre toute attente de Taylor Hackford puis, l’année suivante, dans le drame À double tranchant de Richard Marquand.
En 1986, il fait une apparition dans le téléfilm réalisé par son frère Beau Bridges, The Thanksgiving Promise, dans lequel on retrouve également le fils de Beau, Jordan. En 1988, il interprète Preston Tucker dans le film de Francis Ford Coppola, Tucker. Preston Tucker était un constructeur d’automobiles dans les années 1940-1950 qui voulait développer sa propre marque de voiture mais qui s’est heurté aux grandes firmes américaines telles que General Motors, Chrysler et Ford. Il tient ensuite les premiers rôles dans Susie et les Baker Boys (1989), de Steven Kloves, et The Fisher King : Le Roi pêcheur (The Fisher King, 1991), de Terry Gilliam.

En 1993, sa performance dans État second de Peter Weir lui vaut des critiques élogieuses dont certaines pensent qu’il s’agit là de son meilleur film3. La même année, il faillit jouer dans Speed le rôle de Jack Traven4.Il est choisi par Walter Hill en 1995 pour incarner le célèbre shérif Wild Bill Hickok dans Wild Bill. Il travaille ensuite avec Ridley Scott pour Lame de fond (1996), un film basé sur l’histoire vraie du naufrage de l’Albatross en 1961. En 1998, il joue « le Duc » (The Dude) dans The Big Lebowski de Joel et Ethan Coen aux côtés de John Goodman, Steve Buscemi, John Turturro et Julianne Moore.

affiche the big lebowski

En 2000, il est à nouveau nommé à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour le film Manipulations de Rod Lurie. En 2005, il retrouve le réalisateur Terry Gilliam pour Tideland. En 2008, il est à l’affiche du film Iron Man, l’adaptation du comic book du même nom de Marvel. Il tient le rôle d’Obadiah Stane alias Iron Monger, l’ennemi d’Iron Man.
En 2010, il décroche l’Oscar du meilleur acteur pour le film Crazy Heart, de Scott Cooper. Il y incarne Bad Blake, une ancienne star de musique country sur le déclin. Il apparaît la même année dans le très attendu Tron : L’Héritage de Joseph Kosinski, dans lequel il reprend le rôle de Kevin Flynn ainsi que celui de Clu 2.0 (version améliorée du personnage Clu de Tron). L’acteur profite d’une modélisation 3D impressionnante pour le rôle de Clu 2.0, ce dernier n’étant pas humain et n’ayant pas vieilli, conservant le visage de Kevin Flynn, celui de 1982. Pour ce film, Jeff Bridges est considéré comme étant le premier acteur à avoir donné la réplique à une version plus jeune de lui-même.
En 2011 il tient le rôle principal dans un western de Joel et Ethan Coen : True Grit, pour lequel il est une fois de plus nommé à l’Oscar du meilleur acteur.

 

LA BANDE DES FRERES COEN

Les frères Coen ont pris l’habitude de travailler souvent avec les mêmes acteurs : Steve Buscemi (6 fois), Frances McDormand (6 fois), John Goodman (6 fois), Jon Polito (5 fois), John Turturro (4 fois), George Clooney (4 fois), Michael Badalucco (3 fois), Josh Brolin (3 fois), Bruce Campbell (3 fois et 1 caméo), Charles Durning (2 fois), M. Emmet Walsh (2 fois), Peter Stormare (2 fois), Richard Jenkins (2 fois), John Mahoney (2 fois), Tony Shalhoub (2 fois), Stephen Root (2 fois) et Billy Bob Thornton (2 fois), J. K. Simmons (2 fois), Jeff Bridges (2 fois), …
On peut également citer le compositeur Carter Burwell qui a signé toutes les bandes originales des films des Coen (sauf celle de Paris, je t’aime).
D’autre part, les deux frères ont collaboré à plusieurs reprises avec Barry Sonnenfeld qui a été leur directeur de la photographie pour Sang pour sang, Arizona Junior et Miller’s Crossing, qui apparaît furtivement dans Barton Fink et qui a produit Ladykillers. Après Barry Sonnenfeld, les deux frères choisissent Roger Deakins comme directeur de la photographie pour Barton Fink et lui restent fidèles jusqu’en 2008. Ils engagent Emmanuel Lubezki pour la photographie de Burn After Reading, puis retrouvent Roger Deakins pour A Serious Man et True Grit. Ils ne travaillent pas avec Deakins pour Inside Llewyn Davis mais avec le Français Bruno Delbonnel. Ils travailleront à nouveau avec Roger Deakins pour Ave, César !.