PRETE A TOUT DE GUS VAN SANT ACTUELLEMENT AU CINÉMA

PRETE A TOUT (TO DIE FOR)

UN FILM DE GUS VAN SANT

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

Avec Nicole Kidman, Matt Dillon et les jeunes Casey Affleck et Joaquim Phoenix

 

Distribué au cinéma en France pour la dernière fois en 1995, le film est resté dès lors invisible. Nous le distribuons en salles à partir du 18 février 2015 pour la première fois en copies numériques 2K tirées du négatif restauré, exclusivement en version originale sous-titrée en français.

Affiche Prete A Tout

Quand Gus Van Sant réalise « Prête à Tout » en 1995, il est déjà connu en tant que réalisateur. Il est un jeune auteur indépendant qui réalise des films sur la jeunesse américaine : « Mala Noche » (1985), « Drugstore Cowboys » (1989) avec Matt Dillon et « My Own Private Idaho » (1989) avec les jeunes acteurs River Phoenix et Keanu Reeves. En 1995 il réalise « Even Cowgirls Get The Blues » avec Uma Thurman.

La même année, Gus Van Sant accepte la commande de la Columbia d’adapter au cinéma le roman « To Die For » de Joyce Maynard, lui-même inspiré d’un fait divers : l’affaire Pamela Smart qui manipule un adolescent qui tue son mari. Il imagine avec le scénariste Buck un scénario qui mêle le fait divers avec le monde des médias. L’histoire se situe dans une petite ville des Etats-Unis. Le réalisateur dresse le portrait de Suzanne Stone (Nicole Kidman), une plantureuse et séduisante jeune femme prête à tout pour devenir une star du petit écran. Elle parvient, grâce à sa ténacité, à se faire embaucher en tant que présentatrice météo dans une petite station de télévision locale. Ambitieuse, elle soumet de nombreux projets de documentaires. A l’occasion d’un de ses reportages sur la jeunesse dans un lycée, elle noue des liens étroits avec un trio d’adolescents (Joaquin Phoenix, Casey Affleck et Alison Folland). L’un d’eux tombe éperdument amoureux de la jeune femme alors qu’elle vient de se marier avec un jeune restaurateur (Matt Dilon) qui souhaite qu’elle s’investisse dans le restaurant. Suzanne Stone ne voit pas son avenir dans un restaurant et décide de se débarrasser de son mari avec l’appui de son jeune amant…

Gus Van Sant

 

« Prête à Tout» pourrait-être considérée, en premier lieu, comme une simple comédie noire traitée sur un ton léger voire naïf suite à une commande d’un studio hollywoodien mais le fond et la forme ainsi que le parcours du réalisateur et des acteurs donnent une autre envergure au film.

D’une part, Gus Van Sant évoque les débuts médiatiques d’une jeune femme ambitieuse mais qui n’a d’autre compétence que sa beauté pour devenir une star du petit écran. Comme le dit, sous forme de boutade, à la fin du film l’adolescente (Alison Folland): «Mais si tout le monde passe à la télévision, si chacun a droit à son quart d’heure de célébrité, alors qui va regarder?» En reprenant l’expression inventée par l’artiste américain Andy Warhol, c’est de cela que traite le film : le phénomène de la lucarne magique qui électrise les amateurs de célébrité facile : antichambre de la télé réalité. Le cinéaste pose un regard cynique sur cette célébrité fugace qui ne repose sur rien sauf l’envie d’être connu par le prisme de la télé, une forme de narcissisme moderne. Avant l’heure, il imagine et anticipe ses effets pervers et collatéraux que les médias relaient de nos jours, à savoir : d’abord que la star éphémère devient à son tour un objet de fascination et notamment pour les médias, le public dont les moins matures comme les adolescents. Dans le film, les trois lycéens manipulés espéreront, après leur méfait, travailler à la télé pour avoir eux aussi leur quart d’heure de gloire.Et d’autre part, que ces stars disparaissent aussi rapidement qu’elles sont devenues célèbres. Dans le film, Gus Van Sant, minimaliste, fait juste un plan où l’on voit Nicole Kidman sortir de l’écran et la caméra ne la suit pas. Elle est hors champ et en dehors de la lumière des spots. La caméra continue à enregistrer les images d’un paysage inerte, blanc et neigeux.

Sur la forme, dès le générique, en mettant la photo de Suzanne Stone en une d’un tabloïd à scandale, le réalisateur annonce d’emblée qu’il va parler de la télé et de ses célébrités. Puis il s’appuie, pour évoquer le parcours de l’héroïne, en s’appuyant sur les principes de mise en scène des émissions de télé réalité : témoignages des personnages/témoins de l’histoire, face caméra en studio ou « sur le vif » dans leur vie quotidienne. Chaque personnage dévoile son histoire avec Suzanne Stone directement au spectateur devenu téléspectateur. Point culminant du déballage médiatique : la famille de Suzanne Stone et celle de son défunt mari seront face à face dans un reality show. Grâce à une astuce de scénario, Suzanne Stone elle-même évoque son parcours face caméra.

Film

Film

Pour interpréter cette histoire, Gus Van Sant s’est entouré d’un casting idoine qui fera date puisque les principaux acteurs poursuivent 20 ans après une belle carrière cinématographique. Notamment Nicole Kidman, Matt Dillon et les jeunes Casey Affleck et Joaquim Phoenix en adolescents perdus. Nicole Kidman en femme fatale obsédée par les médias, tour à tour sexy, psychorigide et d’une fausseté constante qui en font un mystère complet reçoit le Golden Globe de la meilleure interprétation féminine.

Le film sort à la fois aux Etats-Unis et en France en 1995 et suscite des critiques remarquées de la presse. Libération écrit notamment que Gus Van Sant « traite cyniquement son premier film hollywoodien; par le biais du pop art, il démonte les mécanismes narcissiques et stéréotypés du petit écran. «Prête à tout» et même au pire. »

Grace à « Prête à Tout », Gus Van Sant, jusqu’ici associé à un cinéma indépendant plus rugueux voit là s’entrouvrir la porte des studios et des productions plus prestigieuses pour un parcours truffé de films passionnants. Il réalisera ensuite une dizaine de films aussi différents les uns que les autres. Une seule thématique toutefois et toujours la jeunesse, et plus particulièrement les adolescents. En 2003, il réalise « Gerry » avec Casey Affleck et Matt Damon. Sa carrière de cinéaste culmine, la même année, avec le film « Elephant » qui traite de la fusillade du lycée Columbine par deux adolescents. Il reçoit la Palme d’or ainsi que le Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2003. Il filme à nouveau des adolescents skateurs confrontés à un meurtre dans « Paranoid Park »

« Prête à Tout » est un film très important dans la carrière de son réalisateur et de sa vedette principale. Et il représente dès 1995 le tableau des envies et du savoir faire de Gus Van Sant. Il pose son regard sans complaisance sur l’adolescence américaine influencée par les effets pervers des modes actuelles, celles des médias, de la culture « beat », des armes, du star système. Le cinéaste observe justement les jeunes générations et donne à voir les contours du temps présent.